Le silence assourdissant du député M.Lauzzana

Communiqué de presse
Notre député d’Agen, Michel Lauzzana, a voté sans sourciller, à l’Assemblée Nationale, la nouvelle loi dite anti casseur. L’abstention ne l’a donc pas tenté comme la cinquantaine de ses camarades de LREM.
Il faut dire que notre médecin député n’avait pas non plus été troublé par les terribles blessures infligées à des manifestants par les armes policières. Alors que bien des médecins se sont émus dans la presse, le silence de monsieur Lauzzana a été aussi asssourdissant que les grenades éponymes.

Jean Philippe Maillos
Conseiller municipal FI d’Agen

Compte rendu du conseil municipal du 4 février 2019 (spécial Agen 2030)

La vidéo est sur le site de la mairie.

Un seul point à l’ordre du jour : le rapport final livré par le bureau d’études Neorama sur l’opération (électorale, coûtant 150000 euros et un peu pathétique) Agen2030.
Je ferai 3 interventions :
-une intervention qui complétera celle du conseil précédent sur la quasi inutilité de ce genre de rapports (celui ci à lui seul coûtera 60000 euros !) On succombera une nouvelle fois sous les banalités, la langue de bois et les pseudos défis qui pourraient s’appliquer à n’importe quelle ville de France.
-une intervention qui s’amusera (avec sérieux) à proposer pour 2030 de faire d’Agen la capitale des poissons migrateurs. Vieille passion. Pour les amateurs, c’est à 2h04’ de la vidéo …
-une intervention qui tendra l’atmosphère en relevant aussi la complaisance du rapport avec monsieur le maire : sur le thème de la démocratie, rien sur le cumul des mandats cher à Jean Dionis ; sur les transports, rien sur la gratuité qui l’irrite tant ; sur la préservation de la biodiversité et des terres agricoles, rien sur la Technopole Agen Garonne et ses 230 ha artificialisés. Un détour vers le lac de Caussade clôturera le propos (à 2h21 de la vidéo)…
(Remarque a posteriori : je reprendrai les 2 premières interventions lors de la « restitution publique » au centre des congrès le mercredi 13 février).

Compte rendu du Conseil Municipal du 28 janvier 2019

Compte rendu du CM du 28 janvier 2019
La vidéo intégrale du conseil est sur le site de la mairie.
Conseil « pour des délibérations liées à des actes de la gestion courante de la ville ». Ce qui veut dire que ce n’est pas très folichon.
Une info préliminaire par le maire sur la prise en charge de l’organisation du « grand débat » par les conseils de quartiers
Un rapport sur les centres sociaux de la ville me permettra une intervention agacée sur l’argent jeté par les fenêtres quand on fait appel à des bureaux d’études.
Le rapport d’activités 2017 (enthousiaste) de la délégation de service public du cinéma les montreurs d’images conclura ce conseil : progression de la fréquentation (au delà de 63000 spectateurs en 2018), développement des initiatives, lieu de convivialité et de rencontres : la construction de la 3eme salle est peut être sur les rails.
Mes interventions
-Sur le rapport portant sur le renouvellement des contrats de projets des trois centres sociaux de la ville d’Agen à destination de la CAF (à 2h39’ de la vidéo). Ce rapport commandé au Bureau d’études Extracité et payé par la ville 31000 euros (avec une prise en charge de 18000 euros par la CAF ! ) est une caricature inadmissible. Accumulant sur plus de 200 pages verbiages, galimatias, redondances, copiés-collés, banalités affligeantes, tableaux et schémas creux, il culmine dans une langue de bois (dont j’ai dit que c’était un hommage au sketch hilarant de Franck Lepage) avec force « stratégies » et « fiches chantiers ». Personne ne l’avait lu (à part moi sûrement par perversité et peut être la rapporteuse) et je suis persuadé que personne ne le lira. Il faut en finir avec ces gaspillages ridicules.
-Une question sur l’Opération Programmée d’Amélioration de l’Habitat et les opérations afférentes . L’état critique de certains logements de centre ville (avec d’ailleurs, semble t’il, une répartition de la vétusté indigne entre propriétaires habitants et locataires) reste un des problèmes majeurs qu’il faudra discuter à l’avenir.

Mes votes : pour les rapports

 

Bonne année 2019 à l’entreprise Chalair et à l’Arbre vert

Tribune

Janvier 2019 : l’entreprise Chalair prend son envol à l’aéroport d’Agen-la garenne
Janvier 2019 : l’entreprise l’Arbre vert disparait.
C’est une coïncidence.
C’est même complètement ridicule d’en parler.
Qu’y a t’il de commun entre les 22 vols hebdomadaires Agen-Paris du joli petit avion et les quelques tonnes de papiers et de cartons misérablement récoltés et entreposés dans un hangar tout aussi misérable ?
Qu’y a t’il de commun entre les 25 ou 26 passagers du petit avion et les 5 salariés de la petite association trentenaire ?
Rien.
Et seule la démagogie pourrait chercher je ne sais quelle signification politicarde dans cette comparaison insensée .
Il faut avoir l’esprit torturé pour ne pas voir que le 1,2 million d’euros de subvention publique de l’agglomération, les 950000 euros du département et les 500000 euros de la région, ont pour seule fonction -comme l’a remarquablement écrit monsieur le Président (de l’agglomération) sur son blog – de « permettre que des professionnels puissent faire dans de bonnes conditions une bonne journée de travail à Paris (9h30- 18h) tout en faisant l’aller-retour Agen-Paris dans la journée évitant ainsi de coûteux frais d’hôtel. »
Oui, nos chefs d’entreprises, ont besoin de prendre l’avion. Et le mieux c’est de le leur payer. En ayant aussi la délicatesse de leur éviter quelques frais d’hôtel.
Cela n’a rien à voir avec le fait que les salariés de l’Arbre vert, eux, n’ont jamais eu « de bonnes conditions pour une bonne journée de travail ».
Cela n’a rien à voir avec le fait que l’Arbre vert a obtenu 0 euro de subvention de l’agglomération pour se sortir d’un trou d’air au milieu de leur hangar pourri.
Non. Dire cela, ce serait tout mélanger.
Car dans l’avion, il y a des forces vives, des premiers de cordée, ceux qui peuvent ruisseler sur ceux d’en bas, comme dit si bien monsieur le Président (de la République). Ils n’aiment pas le train. Et ils ont le droit. Même si le train va aussi vite que l’avion. Et c’est pour ça qu’on leur paie leur place dans l’avion avec l’argent public.
Tandis que l’Arbre vert, ce truc écolo de papiers et de cartons, ce n’est pas rentable. Oui certes l’avion Paris-Agen, ce n’est pas rentable non plus. Mais ce n’est pas pareil.
Non, ce n’est pas pareil.
Ce ne sont pas les mêmes.

Jean Philippe Maillos
Conseiller municipal France Insoumise d’Agen
Jeanphilippemaillos-elu.com

Violence et République

Communiqué
A l’unisson, tous nos ministres clament que « la République est en danger, que l’ultra violence met à bas la démocratie, et que de nouveaux moyens de répression doivent être mis en oeuvre ».
Mais l’ultra violence de qui ?
De manifestants certes. Il n’est pas difficile de le voir.
Mais surtout, encore et bien plus, l’ultra violence d’une police qui utilise des armes qui mutilent, qui arrachent des mains, des pieds, qui éborgnent et qui fracassent des visages.
Et sur cette violence de la mutilation, nul ministre (et surtout pas le premier), nul secrétaire d’état ne parle, ne s’exprime, ne s’inquiète. Comme des canards sans tête, tous vont dans le mur d’une répression réaffirmée jusqu’à la nausée, devenue leur seule ligne de conduite pour sortir de la crise sociale. Crise sociale, précarité sociale, misère sociale, dont ce pouvoir ne parle même plus.
Comme toujours dans l’histoire, face à l’exigence de justice sociale et fiscale – car c’est cela les gilets jaunes – les nantis et leurs gouvernants s’enferment derrière leurs murs et la violence d’Etat.
Etrangement, dans cette grande peur des gueux, nos ministres retrouvent les accents les plus réactionnaires et de fait les plus anti-républicains. Car notre République est née de l’émeute et a grandi avec elle. Que fêtons nous donc le 14 juillet ?..
C’est la justice qui empêche l’émeute. Et non la police.

Jean Philippe Maillos
Conseiller municipal FI d’Agen.
jmail

Le scandale de l’abandon par l’Agglomération de l’association l’Arbre vert

Quelques remarques pour la presse  :
-L’Arbre vert : une association de 8 salariés dont 5 CDI et 3 contrats aidés.
-Entreprise d’insertion pour la récupération et traitement de papiers et cartons.
-31 ans d’existence.
-Pas de subvention publique (seul l’investissement pour l’équipement d’une machine sera aidée il y a quelques années)
-Mise à disposition par l’agglomération d’Agen d’un hangar indigne, quasi abandonné dont la seule qualité est de prendre l’eau à chaque averse. La convention de location pour 500 euros mensuels(!) renouvelée le 25 novembre 2016 déclarait « l’agglomération entend promouvoir la vie associative et le ñdéveloppement des diverses activités portées par les associations »
-Difficultés de trésorerie mineures (dues essentiellement à la baisse du cours du carton de 20%).
-Mise en cessation de paiement, ce vendredi 21 décembre 2018 par le tribunal, pour quelques dizaines de milliers d’euros impayés.
-Aucun projet porté par l’agglomération pour sauver l’ entreprise.
-Aucune réponse apportée par la mairie et l’agglomération.
-Aucune volonté d’agir à l’évidence.

-Aucune communication. Le mépris brut.

Pourtant, tous les mardis de toutes les semaines de chaque année, les salariés de l’arbre vert montaient dans les étages de la mairie pour récupérer le papier. C’est fini. Pourquoi ? Qui a décidé  ? Qui profite de cet abandon ?
Il faudrait donc un peu d’argent public. Un déblocage de 100000 euros pourrait suffire à maintenir l’asso et lui permettre de se retourner.
C’est bien peu quand on sait que l’agglomération subventionne -par exemple- pour 1,2 millions d’euros par an (et le département pour 500000 euros ) la ligne d’avion Agen-Paris. Ce ne doit pas être pour les mêmes personnes ! Entre des salariés qui vivent difficilement dans l’ombre et des premiers de cordée qui voyagent, il n’y a pas photo pour monsieur le maire.
Jean Philippe Maillos
Conseiller municipal FI d’Agen

Compte rendu du conseil municipal (spécial quartiers) du 15 décembre 2018

La vidéo du conseil est sur le site de la mairie.
Conseil réuni au théâtre pour permettre la signature des avenants annuels au budgets alloués à chaque conseil de quartier (il y a 21 conseils).
Cette séance se répète annuellement. Et j’ai déjà dit le caractère contradictoire de cet exercice : d’un côté une possible démocratie locale plus proche des habitants, de l’autre une représentativité restreinte à la fois par la quasi absence volontaire d’opposants à la majorité dans les conseils de quartiers et donc une forte présence de ses vrais amis. Avec force embrassades !
En introduction, une motion de soutien aux avocats a été votée. J’en ai profité pour saluer la lutte des gilets jaunes.

Après 2 ou 3 rapports sur des questions de gestion immobilière, se déroulera la (très longue !) séance de signatures des 21 conseils de quartiers