Compte rendu du conseil municipal du samedi 17 décembre 2016

La vidéo du conseil et les documents sont sur le site de la mairie.
Ce CM « spécial Conseils de quartiers » a pour fonction de permettre aux 23 conseils de quartiers de signer l’avenant annuel de leur projet de dépenses.
Il n’y a pas d’autres points à l’ordre du jour.
Je rappelle que chaque quartier dispose d’un budget de 75000 euros par an pendant 5 ans.
Le court débat est donc limité à une discussion sur des projets dont la pertinence relève indéniablement de décisions locales (réfections de trottoirs, de chaussées, sécurisations des rues, aménagements divers) : il y a 249 opérations prévues pour les 23 quartiers en 2017.
La vraie question sera posée par un mail de l’architecte, Pierre Aubaret, transmis le 14 décembre aux présidents des conseils de quartiers. Il dénonce des montants de factures de travaux invraisemblables (cf ci dessous un extrait de la lettre publiée également dans le Petit Bleu le jour même du conseil). Je ne serai malheureusement pas destinataire de ce mail et j’en découvrirai le contenu au milieu du conseil et après mon intervention. Cela méritait pourtant bien plus qu’une simple allusion faite par C. Pitous et une réponse très générale de l’adjoint. Il faudra y revenir d’une manière ou d’une autre.. J’ai déjà condamné les taux de profits scandaleux de VINCI sur les parkings agenais. Je suis bien persuadé que des taux comparables, pour des entreprises agenaises, peuvent exister sur des petits travaux dans les quartiers.
Mon intervention : elle portera quand même sur le coût de 2 installations de caméras de vidéo surveillance. L’une à 14283 euros ! Pour une efficacité dont je ne cesse de demander des preuves… Ce qui provoquera un débat… Je soulignerai également la faiblesse du nombre de projets d’animation de quartiers.
Vote : le vote (global) des projets de quartiers se fera à l’unanimité.

Annexe
Extrait de la lettre ouverte de monsieur Pierre Aubaret à monsieur le Maire:

(…) Je suis, comme bien des Conseillers des Quartiers, Conseillers Municipaux ou simples citoyens, très souvent surpris des prix et chiffrages établis par vos services.

Je vous en ai fait personnellement plusieurs fois état. Chaque fois vous m’avez assuré de votre volonté de transparence et promis communication, sans réserve, des données.
Pour la première fois, suite à une demande des plus pressantes via mon président de quartier, nous avons eu communication le 25 novembre dernier de chiffres via le Service Vie des Quartiers (PJ). Ils concernent la pose d’un miroir rue Rouget de Lisle à l’intersection de la rue Vaucanson.

La note est sévère pour une intervention qui a durée moins de 3 heures. Son détail est surprenant: Marquage au sol: 214,60€ ; Miroir + Stop + Colliers: 349,37 €; VRD: 1 402,96€. Soit un total de 1 966,13 €. Que ce total soit faux de 0,80€ est une chose. Plus grave est qu’il ne correspond à aucune réalité du marché. Avec 214,60 de peinture, en considérant qu’un artisan a du mal à vendre son heure à 45€ HT toutes charges, assurances et fiscalités comprises, c’est près de 20 m2 qui devraient être étalés, au lieu des moins de 2 effectifs, tout en considérant le reliquat du pot encore utilisable. Le plus caricatural reste le poste VRD. En français courant, cela signifie « Voirie et Réseaux Divers ». Pour une telle prestation je n’en vois aucun, à moins de considérer que le carottage pour la pose des 2 poteaux et leur scellement n’étaient pas compris dans le prix déjà conséquent de 349,37€, et que les 214,60 du poste marquage au sol, ne comprenaient pas les balisages le temps de l’intervention et du séchage.

J’en ai fait aussitôt la remarque par retour d’Email. Sans retour à ce jour. J’ai eu l’occasion depuis de vous demander de vive voix et par écrits détail de ces 1 402,96 euros inexplicables. Il est sûr que cette somme est dérisoire sur les millions d’euros gérés par l’administration municipale; mais cet exemple n’est pas unique et semble même être la règle.

J’ai encore en mémoire les 122 263,26 euros engloutis en 3 semaines (24 novembre au 13 décembre 2014, cf. documents Mairie en PJ), soit 15 jours ouvrés par 5 (et moins) employés, 1 camion benne, un tractopelle pour réaliser quelques cm2 de corrections de cheminements sur 3 haricots de la porte du PIN.
122 263,26 /15 = 8 150,88 euros par jour. Plus cher qu’un député en net au mois!
Si l’on déduit le peu de fournitures nécessaires à cette intervention, impossible que l’on puisse arriver à de telles inepties.
Pour le même prix, en 10 mois, avec une trentaine d’intervenants, je vous fais une très coquette maison.

J’ai malheureusement bien d’autres exemples et des plus navrants.
Ces chiffrages ahurissants sont délétères pour ceux qui les établissent, les valident, les diffusent. Vous en êtes la première victime et, à ce titre, il est inimaginable que vous en soyez l’instigateur (…)

Le Conseil Municipal de ce samedi 17 décembre, en présence des 23 conseils de quartier, peut être pour vous l’occasion de passer des paroles aux actes. Il suffit pour cela de produire les factures des entreprises dûment missionnées ou le débours (heures, fournitures) lorsque ces travaux sont effectués en interne par des agents municipaux. De nous dire qui contrôle et où va l’argent ?
Pierre Aubaret

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *